Comment comprendre le monde d’aujourd’hui et Comment le penser ?

1- Les turbulences géopolitiques 

Dans quel monde vivons-nous ? Quel ordre international le régit? Il est en effet dépendant des rapports de forces qu’entretiennent entre  elles les différentes puissances qui ont une influence sur la scène internationale. Un monde qui est passé par trois systèmes stratégiques depuis la SGM.

– Celui de la guerre froide  (1950-1990) , un système bipolaire Est-Ouest  fondé sur la rivalité stratégique et politique,

– Un système unipolaire  marqué par la solitude et la suprématie incontestable de la puissance américaine,

– Un système stratégique fondé sur le retour à la force ( depuis 2001 ) créant un chaos stratégique ,  et des perturbations de tous bords ( un MO en ébullition , une Europe qui vacille, un Maghreb enflammé enflamme, une Afrique qui bouge, une Chine qui lance les routes de la soie en profitant des faiblesses des autres, une mondialisation économique  malheureuse et une mondialisation politique douloureuse , le Brexit qui déchaine la démocratie anglaise et vacille la stabilité de l’Europe,, l ONU paralysée, le FMI et la BM de tous bords, l’OMS impuissante , le MO est en ébullition depuis la renaissance stratégique de l’Iran, une Corée du Nord  qui annonce toujours le chaud et le froid, un Afrique qui n arrive pas a faire face a ses difficultés et a son décollage. 

Dans  ce système stratégique à l’œuvre,  deux types de géopolitiques se sont développées pour  rende le monde indéchiffrable et apocalyptique

                Géopolitique de l’émotion : l’espoir, l’humiliation, la peur

  Elles sont toutes les trois intimement liées a la notion de confiance

                Géopolitique de l’effondrement :  Déraison , irrationalité, la politique de l’instinct 

   2-  les dimensions réfractaires de cette géopolitique               

                 1- Politique  d’abord: celle d un système de gouvernance mondiale devenu atone et défaillant et d’un ensemble de  gouvernants qui abdiquent sans résistance  devant l’arrogance américaine

                  2-Ethique et morale ensuite. La morale est de plus en plus souvent  invoquée dans la conduite des politiques étrangères et des relations internationales, mais rarement mise en application. Et l’on constate qu’il y une inconscience réelle par rapport aux décisions qui sont prises a l échelle internationale. Et si la morale n’est pas appliquée de façon universelle, c’est tout simplement parce que la conception de la morale n’est pas unique ; On en revient a la formule du poète FERRE

«  Ce qu’il y a d’encombrant dans la morale, c’est que c’est toujours la morale des autres ».

  Et cette morale des autres  s’explique par le mépris des valeurs et les assauts régressifs  contre la démocratie ( une démocratie partout en régression ) et les  violations des droits humains sans oublier les aventures incontrôlables et irréfléchies de certains dirigeants, ( D Trump et le dirigeant nord Coréen et d’autres). 

                     3- Idéologique enfin

 Toutes les idéologies, le socialisme, le communisme, le libéralisme, le néo libéralisme ont échoué pour ne  laisser  derrière eux que désarroi, injustices, inégalités et malaise. L’humanité a besoin d’une autre alternative qu’il va falloir développer et mettre a l’œuvre pour des actions concrètes et pragmatiques.
Partant du  fait  que la crise de nos sociétés contemporaines  est de nature éthique et morale, plus qu’idéologique, il va falloir travailler sur les mécanismes et les outils pour mettre en place les fondements assurés et durable  d’une société conviviale : une société ou l’on puisse vivre ensemble et «  s’opposer sans se massacrer » ( ), dialoguer sans s’entretuer, coopérer sans s’enfermer, aimer sans haïr. Pour faire vraiment bouger les lignes, il convient, selon toute vraisemblance de ne pas rester a un simple éventail des diagnostics critiques sur tel  ou tel point particulier, de dialoguer a l’infini  sur telle ou telle crise, mais de considérer que c’est l’ensemble du fonctionnement et de la conduite de nos sociétés qui est défectueux  et appelle à une révision radicale.

 Le convivialisme peut être le sujet d’un débat planétaire pour une refondation sociétale et une reconstruction des valeurs pour donner naissance à une société conviviale avancée. La convivialité est l’un des axes majeurs que l on devrait développer dans les processus de socialisation et de développement des mentalités. Ce qui met en valeur l’importance du système d’éducation et de formation, des médias, des élites et des partis politiques. 

3-       Les paradoxes du monde

  • Le fait religieux contre le fait civilisationnel
  • Populisme contre démocratie
  • Progrès contre régression
  • Technicité contre pensée

4-Y a-t-il une solution ?  Le monde peut- il progresser ?

Il y  un fait aujourd’hui c’est que les habitants de la terre vivent une situation d’angoisse et de malaise par rapport a l’ampleur des conflits, des risques et des crises. Et paradoxalement, les gens ont tendance a idéaliser le passé, mais malgré les ordinateurs, l aviation civile, la technologie sophistiquée, la télévision et internet, les moyens performants de communication et d information,, personne ne songe a qualifier ce début  21eme siècle  de « Belle époque », comme ce fut le cas pour le début du XXe siècle. Est-ce seulement parce qu’il y a plus de conscience et moins d’insouciance ?

Les moyens de rebondir et de changer sont plus importants aujourd’hui que hier. Il faudrait tout avoir le courage de les utiliser

Les tendances ne sont pas  totalement négatives. Elles peuvent avoir pour résultat une amélioration des rapports sociaux et un renforcement de la démocratie. Le monde traverse plusieurs difficultés  mais ce qui est important c’est que l’ensemble de l’humanité est politiquement actif. Et c’est dans l’existence de cette population qu’il y a le plus de raisons d’espérer. C’est du moins ma conviction personnelle.

Concrètement,  que faire pour sauver le monde ?

  1. L instinct de conservation : c’est le changement (

Il faut bien admettre que le statu quo n’est pas tenable et que le changement est irréversible si  nous ne voulons pas voir s’effondrer l ordre international et se précipiter un déséquilibre dangereux et vertigineux. Le statu quo est la recette du pire. On ne pet accepter la fatalité de la régression

  1. L’importance du savoir :

             -pour une interculturalité positive en vue de la connaissance de l       autre : L inter culturalité stimule le dialogue, encourage l’échange  et développe la solidarité.  Nécessité d étudier la culture, la religion, l histoire et la géographie  des autres pour vivre l autre comme une richesse  et non comme un adversaire ou ennemi
  Le savoir réciproque, c est apprendre de l autre

             -Rôle du système d’éducation et de formation

                         -Le rôle du savoir

La complexité du monde moderne est un pb clé de la pensée et de la connaissance. Elle est le grand défi auquel est confrontée notre humanité et doit être simplifiée. La science +la connaissance + l’éthique sont devenues le vecteur clé de tout changement et particulièrement dans les rapports inter-collectivités  et interrelations. Nécessité de repenser la connaissance pour humaniser et former les peuples et les jeunes pour les rapprocher. La lutte contre la radicalisation, la haine, l intolérance, le rejet, le racisme …..doit passer par la 

  Trois types de rationalités a développer

    Une rationalité théorique

    Une rationalité juste

 Une rationalité citrique

  Une rationalité autocritique

            Changer les paradigmes pédagogiques

                                       Au niveau cognitif

                            Au niveau affectif

                             Au niveau spirituel

              – La valorisation  de l’université  dans la fabrication du commun

Une réussite mondiale  et rôle décisif dans le dev et l intégration. Malheureusement on ne sait ps comment le faire ni comment la transformer en un acteur mobilisateur autour des valeurs  civilsationnelles communes

   Importance dans la fabrique des idées

 L universite est le lieu de dev d une politique de l humanité par le dev  des sc sociales et humaines

  • Enfin l’interdépendance  et le polylatéralisme.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email