Un colloque international

CERIPP, FERAM-Maroc, ENAM, Ministère de l’aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Politiques de la Ville et Institut Montpensier organisent un colloque international en partenariat avec

Les politiques urbaines à l’épreuve du numérique

« Aujourd’hui, c’est déjà demain »

 

Le 24 et 25 juin 2022

 
Musée Mohamed 6 pour la civilisation de l’Eau au Maroc, Sise à Marrakech

Adresse : entrée de Marrakech, route nationale 09 en provenance de Casablanca.

Argumentaire

Le choix de ce thème est dicté par deux considérations majeures :  la crise sanitaire, d’une part, qui a révélé les limites des politiques urbaines dans le monde, plus particulièrement dans les mégalopoles et les grandes villes des pays en développement, devenues invivables dans cette période de crise ;  l’irruption du numérique, d’autre part,  dans un certain nombre d’activités et de services, a imposé une rénovation en profondeur des politiques urbaines et des formes de gouvernance de la ville. 

En effet, aux « modèles urbains » classiques, ou plus exactement aux politiques urbaines poursuivies aussi bien dans les pays développés comme dans les pays en développement, variables dans leur contenu comme dans leurs objectifs, la crise sanitaire a mis en relief les avantages de la révolution numérique qui commence à se dessiner lentement à l’horizon. Les administrations, les universités, les entreprises commencent à réfléchir sérieusement sur de nouvelles pratiques de travail et de réorganisation des services. Les villes, en tant que structures humaines, économiques, politiques, sociales, culturelles et civilisationnelles, ont été, elles aussi, interpellées dans leur forme d’organisation, de gestion et de gouvernance. Autrement dit, les politiques urbaines traditionnelles se sont révélées inefficaces et inadaptées par rapport aux risques et aux crises de notre société contemporaine. L’émergence en force de la révolution numérique, en pleine période de crise pandémique, a ouvert le débat sur l’urgence de la rénovation de ces politiques pour répondre à des transformations réelles de notre mode de vie, et de nos relations professionnelles, ainsi qu’a des transformations sociales et urbaines, traversées et amplifiées par l’impact des effets de la crise sanitaire. Les urbanistes sont appelés à répondre à une série de questions : comment concilier densification et nécessaire séparation des habitants ? Comment gérer la contradiction apparente entre la densification et la « désagrégation sociale » ? Comment régler la dualité densité-proximité ? Comment faire la jonction entre le « bien vivre », le « bien loger », la mobilité, et le lieu de travail ? Quel lien entre l’habitant, son centre-ville, sa périphérie ? Les services publics, l’offre privée ?  Comment donner du sens à la sociabilité et aux valeurs humaines dans la ville ? Comment utiliser les ressources infinies que nous offre le numérique pour une meilleure gouvernance urbaine ? Et par qui ?

Derrière cette liste d’interrogations, la ville est obligée de changer ; et par voie de conséquence, les politiques urbaines en général doivent être réexaminées et adaptées au nouveau contexte du numérique. Ces politiques concernent toute une série d’actions, de projets, de planification, d’instruments, de normes de gestion, de construction, de formation, de coopération, de socialité, de rénovation, d’exécution, d’évaluation, d’aménagement et de prospective.

Ces enjeux aboutissant à des transformations réelles de notre mode de vie, et de nos relations professionnelles, ainsi qu’a des transformations sociales, politiques et urbaines, traversées et amplifiées par l’impact de la révolution numérique.  La question de la qualité des services publics, de la gouvernance publique, de la participation effective des citoyens , des espaces verts , des trottoirs , du réseau d’assainissement, de la sécurité, de l’esthétique et de la beauté, de l’ordre normatif et de l’ordre numérique,  de l’utilisation des données aux nouvelles solidarités, des quartiers insalubres,  de l’aide locale aux population vulnérables, l’absence d’espaces matériels entre les gens , la question de la gestion de l’énergie, de la mobilité verte, de la sécurité, de la santé personnalisée et de l’accès à la culture se pose ici avec force. Et à travers ces questions, c’est une refondation profonde des politiques urbaines qui s’impose. Pour les pouvoirs publics comme pour les urbanistes et les architectes, les investisseurs et les entrepreneurs, les agents sociaux et économiques, ce n’est pas le moment de se demander ce qui va se passer, mais plutôt ce que nous souhaiterions voir se passer.

Le problème, c’est que la crise sanitaire a modifié nos habitudes de façon si profonde que c’est toute la vie urbaine qu’il faut repenser. Elle a aussi révélé les limites d’une gouvernance obsolète, contreproductive, à l’origine d’une série de dysfonctionnements, de désordre, d’inégalité, d’aberrations, de discriminations, de conflits, de hiérarchies, de contradictions et de divergences. Si la révolution numérique impose une rénovation profonde des politiques urbaines, trois leviers puissants doivent y figurer en bonne place : la réinvention urbaine, l’inclusion sociale et la gouvernance urbaine.

Plus que jamais, l’innovation, sous toutes ses formes, doit être au service des citoyens pour faire de la ville un lieu de vie, d’échange, d’épanouissement, de promotion sociale et politique, de brassage, d’inclusion et de partage. La ville numérique n’est pas un modèle, c’est une source d’inspiration et d’interrogation. L’hyper connectivite urbaine doit avant tout permettre au citoyen d’être socialement novateur, d’être fier de vivre dans sa ville et d’inventer de nouvelles formes de lien social.

L’un des avantages important du numérique, c’est qu’il permet de faire émerger de nouvelles initiatives pour s’impliquer dans le changement. Les rapports entre administrés et gouvernements changent sous l’effet de ces technologies, tandis que la gouvernance et la manière de faire de la politique changent aussi. Il y a clairement une évolution par rapport à la démocratie représentative traditionnelle et à la configuration urbaine de la ville en général.

Disons en un mot que le numérique est une révolution, créatrice d’une révolution urbaine qui est de nature à donner du sens à l’urbain, à la ville, a sa cohérence, a ses fonctions et a son développement. Il est aussi de nature à favoriser l’éclosion d’un nouveau « modèle urbain » à la croisée entre l’urbanisme, la sociologie, l’architecture, l’économie, la technologie, la culture, l’art et plus largement toute la connaissance transdisciplinaire et systémique qui contribue à forger de nouveaux paradigmes et de politiques urbaines novatrices qui œuvrent pour une qualité de vie meilleure pour l’ensemble des citadins. 

Le numérique est aujourd’hui une réalité ; il n’est ni l’objet de polémique ni un choix à prendre ou à laisser. Il s’impose comme une irréversibilité, et met à notre disposition tout un ensemble d’outils et d’instruments pour rendre la ville vivable, humaine, vivante, accueillante.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons jugé utile d’organiser ce colloque pour discuter et débattre de la ville pour tous, enjeu de notre avenir urbain, et des politiques urbaines qui définissent les voies et les moyens, les projets et les idées, les réformes et les stratégies à appliquer pour la ville de notre rêve, la ville que nous voulons.

Ali SEDJARI
Président du CERIPP

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

AXES DU COLLOQUE

  • Impact du numérique sur le développement urbain;
  • Prospective urbaine et nouvelles fonctionnalités de la Ville
  • De la gouvernance éclatée à une gouvernance numérique performante

Publications :

  • Etat, Espace et pouvoir local, Ed, Guessous, 1991,Ali sédjari (s/d)
  • Aménagement du territoire et développement durable, quelles intermédiations ?, éd. L’Harmattan, 1999, Ali sedjari (s/d).
  • Le devenir de la ville, éd. L’Harmattan, 2000, Ali SEDJARI (s/d).
  • Les politiques de la ville : intégration urbaine et cohésion sociale, éd. L’Harmattan, 2006, Ali Sedjari (s/d).
  • Droits de l’Homme et gouvernance du développement durable : quelle articulation ? éd. L’Harmattan, 2008, Ali Sedjari (s/d).
  • Performance urbaine et droit à la ville, éd. L’Harmattan, 2010, Ali Sedjari (s/d).
  • Droits humains et développement des territoires, éd. L’Harmattan, 2013, Ali Sedjari (s/d).
  • Les politiques publiques face à l’impératif démocratique et au bien-être social, Virgule Editions, Tanger, 2019, Ali Sedjari (s/d).
  • Prospective géopolitique et destin des nations. Agir en conscience, éd. Virgule Editions, Tanger, 2020, Ali Sedjari (s/d).

Programme

Vendredi 24 juin 2022

 

8h00-9h00         Accueil et inscription des participants ;

9h00-10h00       Allocutions de Bienvenue et Propos Introductifs :

– Ali Sedjari, Président du CERIPP

– Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Politiques de la Ville            

 

Panel I- Impact du numérique sur le développement urbain    

 

Modérateur :    Nourddine El Hachami, politologue        

10h30-10h50     Nourddine Komiha, Architecte

« De l’Homo Sapiens à l’Homo Connecticus »

10h50-11h10    Alain Bourdin, Sociologue, Ecole d’Urbanisme de Paris

« Le numérique dans la ville sans la mythologie de la Smart City »

11h10-11h30    Abdelghani Youmni,   Chercheur et Consultant en Politiques Publiques, Membre de la Société Française de l’Evaluation des Politiques Publiques  et Conseiller à l’Assemblée des Français de l’Etranger

« Gouvernance urbaine et numérique, les nouveaux territoires de l’Action Publique »                                                                  

 11h30-11h50   Ali Ouaziz, Géographe-Juriste, Professeur à l’Institut Universitaire des Etudes Africaines, Euro-méditerranéennes et Ibero-américaines de Rabat, Université Mohammed V.

« Réflexions prospectives sur la ville de demain : enjeux d’innovation d’aménagements urbains et défis d’habitat modulable »

11h50-13h00       DEBAT

13h00-15h00      Déjeuner

 

Panel II-   Prospective urbaine et nouvelles fonctionnalités de la Ville

 

Modérateur,       Fouad Ammor, Socio-économiste, Conseiller Scientifique du FERAM-Maroc

15hOO-15h20    Rachid Ouazzani,   Architecte-Urbaniste

« L’urbanisme à l’épreuve du numérique :Illusion ou confusion ? »

  15h20-15h40    Ahmed Hamid Chitachni, Chercheur en anthropologie urbaine

« Villes nouvelles, Visions surannées »

15h40-16h00   Patrice Cardot, ingénieur en analyse des systèmes et Nazik Moudden, fondatrice du projet DreamsSeeders-Re-Learning for Change

« La ville apprenante : La seule voie possible pour une ville intelligente à visage humain »

 16h00-16h-20   Zakaria Abouddahab, Professeur universitaire, Vice-Président du CERIPP

« De la ville « multifonctionnelle » comme infrastructure d’une géopolitique  fusionnelle »

16h20 -16h50                         Pause-café

16h50-17h10   Hager Ben Cheikh Ahmed, Juriste universitaire, Membre du Conseil Scientifique de l’Académie internationale de Droit Constitutionnel, Ex-députée à l’Assemblée des représentants du Peuple, Tunisie

« L’impensé, L’imparfait et l’impérieux : Quel impact du numérique sur les droits fondamentaux et les libertés publiques ?»

17h50-17h20      Boutaina Bensalem, Professeur à l’Université Moulay Slimane,

« Le numérique : un outil pour la valorisation de la ville durable et du patrimoine »

17h20 18h20    Débat

                                    

Samedi 25 juin 2022

 

Panel III- De la gouvernance éclatée à une gouvernance numérique performante

 

Modérateur,       Amal Mecherfi,  Professeur Faculté de droit de Soussi, SG du CERIPP

09h00-9h20       Rachid Boufous, Architecte-Urbaniste

L’urbanisme au Maroc à l’ère numérique ou les nouveaux paradigmes de la gouvernance

 9h20-09h40      Abdelaziz Adidi, Professeur à l’INAU, Membre du CERIPP

Quelle nouvelle gouvernance des aires métropolitaines a la lumière de la crise sanitaire du Covid-19 ?

09h40-10h00      Abderrahman Rachik, Sociologue,

« Lien social et mixité : enjeux majeurs pour l’urbanisme au Maroc »

10h00-10h20      Wafae Belarbi, Architecte, docteur en géographie, professeur à l’ENA de Rabat, Vice-présidente du Conseil National de l’Ordre des Architectes

« Organisation socio- spatiale dans les périphéries urbaines à l’ère du numérique »

10h20-10h40    Fouad Naoui et Mohamed Ghéris, Professeurs à l’université Cadi Ayad et Nasser Suleiman Gabryel, Enseignant –Chercheur en anthropologie politique et philosophique, Directeur du Conseil Scientifique de l’Institut Montpensier,

« Une politique urbaine fantôme : entre faiblesse de l’ordre politique et omniprésence de l’ordre administratif : La ville et l’urbanisme u Maroc »

10h40-11h00    Pause-café

11h00-12h00    Débat

11h00-12h30    Rapport de synthèse : Abdelaziz Adidi, suivi de « La synthèse de l’intrus »        

13h00-14h30    Déjeuner

« Aujourd’hui, c’est déjà demain »     

Partagez